JavaScript Menu, DHTML Menu Powered By Milonic

Contact Impressum Plan du site  


> Social et Santé  > Dépendances 

Dépendances

Santé : toxicomanies ou les occasions ratées

La Suisse vit toujours sous l'emprise d'une loi de 1951, remaniée en 1975, et bricolée par-ci par-là depuis. Elle est décalée par rapport à toutes les réalités et foncièrement inapplicable. Nous sommes à peu près d'accord sur cela, mais quant à savoir comment la modifier, c'et la foire !

Le train est passé, il a été loupé. Quand les deux initiatives Jeunesse sans drogue et Droleg on été massivement rejetées par le peuple suisse, l'occcasion de l'audace et de l'innovation ont été manquées. Pourtant, la réflexion avait eu lieu, mais le courage de sortir du tiroir le rapport Schild et de légiférer a fait défaut.

A la place, nous avons un débat aussi animé que vide de signification à propos de la légalisation du cannabis !

S'il y a une certitude dans ce domaine, c'est que l'on ne bâtit pas une politique en matière de dépendances en partant du produit. Ce n'est le produit qui tue, c'est l'exclusion.

Il n'y a ni produit anodin, ni produit diabolique. Il n'y a pas de structure de personnalité standard qui s'accomoderait d'un produit X. Les être humains ne fonctionnent pas ainsi. Le même produit pourra faire des dégâts majeurs chez Jacques et effleurer Jean. Celui qui n'aura aucun effet au terme d'une consommation constante, n'existe pas.

Par contre, l'irruption dans la vie tragique d'une personne dépendante de l'univers policier, judiciaire et carcéral ne fait de bien à personne. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura aucun bienfait à tirer pour la personne dépendante d'un séjour obligé dans une prison bien organisée dotée d'un service médical et d'un service social adéquats.

Contradictions, incohérence ! Non ! Complexités de l'existence. Toutefois, personne ne cesse d'être dépendant du simple fait d'avoir été incarcéré.

Pourquoi interdit-on l'héroïne et la cocaïne et pas l'alcool ou le tabac qui provoquent la mort de cohortes bien plus importantes d'êtres humains. Qui dit que l'alcool et le tabac sont moins nocifs que le cannabis ! Cessons de rêver, cessons de faire de l'idéologie et mettons-nous à table !